RENCONTRE JAPONAISE (pour adhérents à l'Association France Japon-Chaire Kawabata)

autour du roman de Terayama "Devant mes yeux le désert"

le 12/11/2018 de 14h à 17h Maison des Associations Garibaldi Nice

et

CONFERENCE LE 8/12/2018 à 14h30 Bibliothèque Nucera Nice

par Keiko Courdy

...

Continuons de feuilleter la maitrise de Keiko Courdy,

Spécialiste de Terayama Shûji 

...

"L’un des éléments qui a marqué l’enfance de Terayama et sur lequel il me semble important d’insister parce qu’on le retrouve comme élément prépondérant dans toute son œuvre est cette région montagneuse du Tohoku et plus spécialement le département d’Aomori où il a été élevé. Le Tohoku est la région qui forme l’extrême nord de l’île de Honshu (île principale du Japon). La ville d’Aomori où a vécu le plus longtemps Terayama est le port qui permet de relier Honshu à Hokkaido (l’île plus au nord). Comparé au reste de l’île, cette partie de Honshu est plutôt désertique, elle a été inhabitée pendant très longtemps et encore aujourd’hui hors des villes, ce n’est pas un endroit très peuplé. Il y a beaucoup de montagnes et les hivers y sont très rudes et très longs. C’est encore un Japon rural où on vit principalement grâce à l’agriculture, la riziculture et la pêche. A Tokyo, les gens qui viennent du nord du Tohoku, par exemple du département d’Aomori, sont considérés comme des gens à part, des provinciaux d’une région économiquement arriérée. Dans ces montagnes écartées de la civilisation moderne, les gens vivent encore au milieu des légendes et de la superstition."

tiré de

Keiko Courdy, Terayama Shuji, Soleil Noir du Théâtre Contemporain Japonais, une figure représentative de la scène avant-garde japonaise, Mémoire de Maitrise 1991 (Mention TB), sous la direction de Georges Banu, Institut d'Études Théâtrales (IET), Université de Paris III, la Sorbonne Nouvelle. Disponible en consultation à la bibliothèque Gaston Baty.

imagesVisuel Internet