L' Association France Japon Chaire Kawabata vous invite à mieux connaitre

Terayama Shûji

 

A l'occasion de la Rencontre Japonaise mensuelle des adhérents à la Maison des Associations Garibaldi le lundi 12 novembre de 14h à 17h où l'on échangera autour de son roman "Devant mes yeux le désert"

et

A la Bibliothèque Nucera le samedi 8 décembre à 14h30 où Keiko Courdy présentera la conférence "Terayama Shûji, "Jetons les livres, sortons dans la rue"

AVT_Shuji-Terayama_7557Photo Internet, AVT_Shuji-Terayama_7557

...

Aujourd'hui parcourons sa biographie tirée de

Keiko Courdy, Terayama Shuji, Soleil Noir du Théâtre Contemporain Japonais, une figure représentative de la scène avant-garde japonaise,

Mémoire de Maitrise 1991 (Mention TB), sous la direction de Georges Banu, Institut d'Études Théâtrales (IET), Université de Paris III, la Sorbonne Nouvelle. Disponible en consultation à la bibliothèque Gaston Baty.

 

Eléments d’une vie

 

Tous les éléments qui suivent sur la vie de Terayama ont été repris dans des biographies qu’il a lui-même composées.

 

-Terayama Shûji est né le 10 décembre 1935 dans la ville de Aomori dans le Tohoku. Pendant un mois il n’a été personne, il est resté sans identité, ses parents n’étant allé le faire enregistré à la mairie que le 10 janvier 1936.Terayama reprendra souvent cette anecdote. On retrouve dans toute son œuvre des personnages en quête de leur identité perdue ou encore comme dans les dernières pièces, des personnages sans identité du tout. (…)

 

-Trois ans plus tard, l’enfant Terayama, tombe dans les escaliers. Depuis ce jour là, il se sent un peu comme différent des autres et il s’intéresse à tous ces genres de personnages qui sont déviants de la société.

 

-Son père qui est policier devant sillonner la région, les déménagements rapprochés se suivent les uns après les autres. L’enfant doit à chaque fois apprendre à se réadapter à un nouvel endroit, à de nouveaux paysages, à de nouveaux compagnons et de nouveaux visages.

 

-Lorsqu’il a 9 ans, pendant la guerre, son père meurt. Terayama se retrouve seul face à sa mère et à son grand caractère. On remarque régulièrement dans ses pièces ou dans ses films l’absence de père et la présence très forte et très dominatrice d’une femme. Souvent, les personnages principaux sont des enfants en révolte (…)

 

-Plus tard son beau-père dirigeant un cinéma, Terayama a la chance [d’en profiter]

 

-En 1954, à 19 ans il reçoit pour un recueil de poésies intitulé Tchekhov, un important Prix de Nouvelle Poésie Tanka qui le consacre poète. Il s’empresse alors de partir pour la capitale où il entreprend des études sur le kabuki à l’Université de Waseda. Très vite il doit s’arrêter atteint d’une néphrite.

 

-Il reste 3 ans à l’hôpital. C’est à cette époque qu’il découvre avec passion des gens comme Artaud, Genet et Lautréamont. Il publie dans ces années là d’autres recueils de poèmes.

 

-Peu après 1960, il écrit sa première pièce de théâtre (Le sang dort debout) et fait la connaissance déterminante de Hijikata Tatsumi. Avec d’autres personnes, ils tentent des expériences de « performance » qui mêlent étroitement la poésie et le corps. C’est le début d’une démarche théâtrale qu’il va poursuivre jusqu’à sa mort.