l'Association France japon - chaire Kawabata vous invite à venir

assister à la conférence d'Arnaud Brotons,

Maître de conférences à l’Université Aix-Marseille

 

"La cour impériale de Heian, située dans l’actuelle Kyôto, connaît pour la première fois de son histoire le tumulte d’affrontements violents au cours du XIIe siècle. La brutalité des combats plongent la noblesse et la cour dans la stupéfaction. Ces combats annoncent le monde féodal incarné par le guerrier, le samouraï, qui apparaît pour les élites nobiliaires tout à la fois comme un rustre méprisable et un allié indispensable pour préserver ou rétablir l’ordre. Ces combats donnèrent naissance à une littérature épique dans laquelle le courage guerrier et la fidélité de ces hommes sont exaltés. C’est aussi à travers ces récit que se fait jour un questionnement sur la place qu’il convient de donner au glaive par rapport au trône royal. 

A travers le récit de ces événements, qui marquèrent l’entrée dans le Moyen âge japonais, nous nous intéresserons plus particulièrement aux liens qui se nouèrent entre le guerrier et le souverain. "

 

Taira no KiyomoriTaira no Kiyomori (118-1181)

(Image Internet)

 

Pour bien situer Le Dit des Heike reportons nous à l'introduction de René Sieffert, Verdier/poche, 2012

 

Le cycle épique des Taïra et des Minamoto

 

C’est écrit R.Sieffert « un ensemble de textes qui ont joué un rôle primordial dans l’histoire des lettres et de la civilisation japonaises. Il s’agit de la version épique des événements qui ont bouleversé les structures politiques et sociales du Japon dans la seconde moitié du XIIe siècle, à savoir l’intrusion dans la vie politique de deux clans guerriers des Taïra (ou Heike) et des Minamoto (ou Genji) et de leur affrontement pour le contrôle d’un pouvoir qu’ils avaient arraché au clan aristocratique des Fujiwara, étroitement lié à la Maison Impériale.

 

 

La grande trilogie classique comprend : Hôgen monogatari, Heiji monogatari, Heiké monogatari.

 

 

Le premier, Le Dit de Hôgen, relate les désordres qui suivirent, l’an premier de l’ère Hôgen (1156),  la mort de l’ancien Empereur Toba.

 

Le Dit de Heiji est l’histoire d’une tentative manquée de coup d’Etat, l’an premier de Heiji (1159) qui se termina par la prise de pouvoir de Taïra no Kiyomori (1118-1181) et l’élimination des Minamoto pour plus de vingt ans.

 

Le Dit des Heiké, enfin conte l’irrésistible ascension des Heiké, leur pouvoir absolu jusqu’à la mort de Kiyomori, le soulèvement des Genji, l’écrasement définitif des Heiké et l’instauration d’un nouveau  système politique, le gouvernement des shôgun de Kamakura au bénéfice des Minamoto no Yoritomo (1147-1199). »