Chaire KAWABATA - ASSOCIATION FRANCE JAPON

CONFERENCE DU 26 JANVIER 2019, 14H30 : "LITTERATURE D'OKINAWA..." N.MOLLARD, BIBLIOTHEQUE NUCERA, NICE

CONFERENCE DU 26 JANVIER 2019

A  14H30 AUDITORIUM DE LA BIBLIOTHEQUE NUCERA, NICE

 

"Littérature d'Okinawa: une créolité japonaise ?"

par Nicolas MOLLARD,

Maitre de Conférences à la Faculté des Langues de Lyon

...

PANORAMA DE LA LITTERATURE D'OKINAWA

La période moderne (1910-1945)   (suite)

 

baku et tapir

Yamanokuchi Baku caressant un tapir (baku en japonais) dont il tire son pseudonyme.

(Carton de l’exposition Baku-ten, Atelier Haconiwa, Ôsaka, 2014)

Yamanokuchi Baku (1903-1963) reste encore aujourd’hui le plus célébré des poètes d’Okinawa. Son premier recueil, paru en 1936, se caractérise par une langue très épurée, un sens de la chute humoristique et la description d’une vie frugale et pauvre. Quelques poèmes saisissent finement les préjugés des Tokyoïtes sur Okinawa.

 

On peut résumer les grands thèmes de cette littérature à quelques éléments récurrents : l’assimilation au Japon et la différence culturelle, la lutte contre la discrimination et les préjugés, la nostalgie du pays natal, bref, la question de l’identité okinawaïenne travaille les écrivains d’avant-guerre.

 

C’est aussi la question qui sous-tend les recherches du plus éminent ethnologue originaire d’Okinawa, Iha Fuyū (1876-1947), dont la position peut paraître aujourd’hui ambigüe : tout en cherchant à revaloriser la culture ryukyuane ancienne, il adhérait à la thèse d’une origine ethnique commune aux Japonais et aux Okinawaïens qui soutenait l’idéologie assimilationniste.

Nicolas Mollard

 

 

Posté par Chantal Fromont à 07:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


L'ASSOCIATION FRANCE JAPON-CHAIRE KAWABATA VOUS INVITE A LA CONFERENCE DE M.NICOLAS MOLLARD SUR LA LITTERATURE D'OKINAWA

L'ASSOCIATION FRANCE JAPON-CHAIRE KAWABATA

VOUS INVITE

A LA CONFERENCE DE NICOLAS MOLLARD,

Maître de conférences, Faculté de Langues de Lyon

LITTERATURE d’OKINAWA : UNE "CREOLITE" A LA JAPONAISE? 

...

Auditorium de la Bibliothèque Nucéra Nice

Samedi 26 janvier 2019, 14h30


(Entrée libre dans la mesure des places disponibles)

...

 

Panorama de la littérature d'Okinawa

La période moderne (1910-1945)

 

L’incorporation du royaume des Ryûkyû au territoire du Japon moderne s’accompagne de politiques d’assimilation culturelle. Le modèle d’enseignement primaire japonais moderne y est transposé, les élèves, futurs sujets impériaux, se voient interdits d’employer leur langue maternelle. Si une forme de violence culturelle s’exerce ainsi sur les Okinawaïens, la maîtrise du japonais leur offre aussi la seule voie de réussite sociale dans le monde moderne. Ecrivains et poètes cherchent ainsi avant tout à se faire reconnaître des cénacles littéraires de Tokyo et s’expriment en japonais.

 

Parmi les premières œuvres marquantes de la littérature moderne d’Okinawa, Kunenbo (La mandarine, 1911) de Yamashiro Seichû (1884-1949) a acquis désormais une place canonique. Yamashiro était devenu disciple de la poétesse Yosano Akiko. Son œuvre évoque les conflits d’opinion qui partageaient la société d’Okinawa durant la première guerre sino-japonaise, tandis qu’un directeur d’école originaire du Kyûshû se voit extorquer de l’argent par le leader du parti prochinois.

 

Ukuma junsa (L’agent Ukuma, 1922) d’Ikemiyagi Sekihô (1893-1951) met en scène un homme de la banlieue pauvre de Naha qui a réussi à intégrer la police départementale faisant la plus grande fierté de son entourage. Mais peu à peu, il s’éloigne de sa communauté d’origine dont il commence à mépriser le mode de vie… sans toutefois parvenir à s’intégrer à ses collègues japonais.

 

Horobiyuku Ryûkyû onna no shuki (Journal d’une femme ryukyuane sur le déclin, 1932) de Kushi Fusako (1903-1986) est le récit d’une jeune fille montée à Tokyo poursuivre ses études. Elle décrit sa vie à la capitale et critique vivement son oncle qui l’héberge au motif qu’il fait tout pour cacher ses origines à son entourage.

Nicolas Mollard

A suivre….

 

 

Posté par Chantal Fromont à 07:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

CONFERENCE DU 26 JANVIER 2019, 14H30 : "LITTERATURE D'OKINAWA..." N.MOLLARD, BIBLIOTHEQUE NUCERA, NICE

Conférence du 26 janvier 2019, 

"Littérature d'Okinawa : une créolité japonaise"

par Nicolas MOLLARD,

Maître de Conférences, Faculté des Langues, Lyon

à 14H30, Auditorium Bibliothèque Nucera, Nice

 

...

Panorama de la littérature à Okinawa (1)

 

La littérature des Ryûkyû (XVI-XIXe s.)

Les élites au service de la monarchie des Ryûkyû pouvaient s’exprimer et écrire parfois en chinois parfois en japonais. Dès le Moyen-Âge, des immigrés du Fujian servirent d’intermédiaires avec la Chine et constituèrent un centre d’enseignement du chinois à Naha. Les missions diplomatiques régulières à Pékin nécessitaient en outre une implantation sur le continent : un comptoir ryukyuan se développa à Fuzhou, où de nombreux étudiants vinrent se former auprès d’érudits chinois. Le même rôle diplomatique incomba à des moines japonais à partir du XVIe siècle. Puis, après l’invasion de Satsuma en 1609, la principauté entretint un magistrat à Naha, tandis que des élites de la cour furent formées à Kagoshima, où un comptoir ryukyuan servait de point de liaison. Le fort contrôle de Satsuma sur Shuri dans les décennies qui suivirent l’invasion explique pourquoi la première histoire royale fut d’abord écrite en japonais (Chûzan seikan, 1650). Mais à mesure que le confucianisme regagna en influence au sein du pouvoir durant le XVIIIe siècle, elle fut réécrite en chinois et complétée à plusieurs reprises (Chûzan seifu, 1701, 1725, Kyûyô 1745).

ill1 omoro 1710 Page d’un manuscrit de 1710 du recueil de chants omoro composés entre 1531 et 1623

en langue ryûkyû transcrite hiragana. (Bibliothèque de l’université des Ryûkyû)

 

Les lettrés ryukyuans laissèrent aussi un certain nombre d’écrits qui témoignent de leur maîtrise du chinois ou du japonais dans le domaine des arts, des lettres ou de l’érudition. Il existe néanmoins quelques exemples de langue ryûkyû écrite à l’époque prémoderne. Mais faute de système d’écriture propre, elle fut toujours transcrite avec les syllabaires japonais. C’est le cas des recueils d’omoro, des chants rassemblés entre 1531 et 1623, dont l’origine est vraisemblablement liturgique. Ou encore, à partir de l’époque d’Edo, de formes artistiques spécifiques aux Ryûkyû : le théâtre kumiodori ou la poésie ryûka, qui est une adaptation du waka japonais (5-7-5-7-7) selon un rythme propre (8-8-8-6) et en langue autochtone.

Texte de N. Mollard

 

 

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

POUR VOUS DONNER ENVIE DE VOUS PLONGER DANS LES LIVRES DE MEDORUMA SHUN AVANT LA CONFERENCE DU 26/01/19

POUR VOUS DONNER ENVIE DE VOUS PLONGER

DANS LES LIVRES DE MEDORUMA SHUN

AVANT LA CONFERENCE DU 26/01/19

...

Suite et fin

...

L'Âme de Kôtarô contemplait la Mer...   regroupe six nouvelles qui peuvent nous paraitre plus ou moins étranges, cruelles, surnaturelles ou poétiques… Nous sommes sur l’île d’ Okinawa, entourés d’eau : mer, rivière, sources… par une nature exubérante souvent sacrée,  qui garde en mémoire des faits et des secrets… par des ombres de défunts, des cicatrices de guerre, des incompréhensions et des discriminations…


L1230951Sêfa-utaki, site sacré du Royaume des Ryûkyû

ayant été défigurée lors de la deuxième Guerre Mondiale (position d'artillerie)

Cliché C.F 01/18

 

L'Âme relogée

« On » a volé l’âme de Kôtarô, c’est à dire son hérédité, sa nature originelle, sa vie et sa culture okinawaïennes, comment ne pas disparaitre maintenant vidé de sa substance authentique, sans amarre, pour une régénération dans la mer.

L’awamori du Père Brésil

 

Le Père Brésil est parti très tôt d’Okinawa au Brésil comme des centaines d’autres natifs de l’île. Il ne peut pas croire comme beaucoup à la défaite du Japon. Il veut voir de ses propres yeux. Etranger au Brésil, étranger sur son île natale qui a été abusée et culturellement abrasée par la guerre et… par les nouvelles générations d’après-guerre qui ne savent pas.

 

Rouges palmiers

 

L’occupation américaine est le résultat visible du Japon vaincu. On pénètre dans "leur" ville inconnue et violente. La brutalité des occupants est le résultat d’une mécompréhension entre les natifs insulaires, les Japonais et les Okinawaïens.

 

Coq de combat

Dans la société d’Okinawa s’est développée une société de clans liés aux jeux, aux paris et à l’argent. La mafia a pignon sur rue et entend tout régenter. Sauf que c’est sans compter sur la jeune génération qui ne compte pas se laisser faire.

 

Avec les ombres

 

A Okinawa, certaines personnes ont le don de voir et d’échanger avec les disparus qui sont devenus des kami. Ce sont des habitants ayant vécu pendant la guerre ou même ayant été tués par... des Japonais. La communication avec ces ombres prend tout son sens en forêt, au sein de la Nature millénaire surtout pour une prêtresse Kaminchu. Mais, ces habitudes chamaniques dérangent ceux qui ne sont pas natifs de l’île, et certains doivent le payer de leur vie terrestre.

 

La mer intérieure

 

Un petit garçon et sa mère abandonnent le domicile violent pour se rapprocher de l’aïeule au cœur de la culture traditionnelle d’Okinawa. Mise en résonnance de secrets de famille enfouis.

 

Les réflexions ci-dessus n'engagent que moi !

Posté par Chantal Fromont à 20:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

POUR VOUS DONNER ENVIE DE VOUS PLONGER DANS LES LIVRES DE MEDORUMA SHUN AVANT LA CONFERENCE DU 26/01/19

POUR VOUS DONNER ENVIE DE VOUS PLONGER DANS

LES LIVRES DE MEDORUMA SHUN

AVANT LA CONFERENCE DE M. NICOLAS MOLLARD LE 26/01/19

...

Lors de la "Rencontre Japonaise" du 8/01/19, les deux livres Les Pleurs du Vent et L'Âme de Kôtarô contemplait la Mer de Medoruma Shun, les seuls traduits en langue française ont été évoqués en petit comité.

...

Le cadre l'île d'Okinawa, est paradisiaque, elle reçoit de nos jours beaucoup de touristes. Certains d'entre eux ignorent, sans doute, le martyr de cette terre lors de la IIe Guerre Mondiale.

...

La description onirique d'une nature inconnue est omniprésente dans les écrits de Medoruma Shun :   filaos,  banians,   viornes,  palétuviers, pandanus,garcinas, veloutiers, vacoas ... des fruits tropicaux : kâbuchi, shîkwasâ, benshirû... Le monde animal n'est pas en reste: à côté des crabes, des écrevisses, des bernard l'hermite, des tortues marines, des coraux, des perroquets écarlates, des papillons planeurs blancs ou noirs et bleus, des lucioles et des cigales on trouve des poissons tilapias, des habu, des mejiro... Le cadre est grandiose : les forêts mystérieuses, les rivières, les falaises, les grottes, la mer, les étoiles... A cela s'ajoutent les coutumes ancestrales, les mots dialectaux awamori, aaman, bashôfu, kaminchu, gushiku, mabuigumi... 

L1240019Cliché C.Fromont, Okinawa 01/18

L'époque de référence, la Bataille d'Okinawa du 1er avril au 22 juin 1945, évoquée a posteriori,  est dramatique à plusieurs niveaux...

...

Sans raconter le roman Les Pleurs du Vent , tout commence au sommet d'une falaise où se trouve un ancien ossuaire.

"...quand on déposait le corps d'un mort, les oiseaux, crabes, ligies des rivages, et puis la bise marine se chargeait de le transformer en un beau squelette blanc" disaient avec nostalgie les anciens en plissant les yeux comme pour apercevoir au loin ce passé"

Le vent de la mer s'engouffre dans un crâne en une mélopée qui intrigue les enfants d'aujourd'hui ... "Chiche qu'on monte?"

Posté par Chantal Fromont à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


RENCONTRE JAPONAISE MENSUELLE CE MARDI 8 JANVIER 2019 DE 14H A 17H A PROPOS DE MEDORUMA SHUN

RENCONTRE JAPONAISE MENSUELLE

CE MARDI 8 JANVIER 2019 DE 14H A 17H

MAISON DES ASSOCIATIONS NICE GARIBALDI

A PROPOS DE MEDORUMA SHUN

...

L'Association France Japon - Chaire Kawabata invite ses adhérents à une discussion partage sur Medoruma Shun, en amont de la conférence de M. N. Molard du 26 janvier 2019.

Les futurs adhérents sont bienvenus...

...

Il serait souhaitable que les participants aient pu lire les ouvrages tranduits en français de l'auteur, soit Les Pleurs du Vent  soit au moins quelques nouvelles tirées de L'Âme de Kôtarô contemplait la Mer (pour les deux volumes Zulma, 2014).

...

Medoruma Shun est un auteur majeur de la littérature moderne japonaise.

Lauréat du prix Akutagawa en 1997 

Lauréat du prestigieux prix Kawabata en 2000 avec une nouvelle qui introduit l’édition française de L'Âme de Kôtarô regardait la Mer, Mabuigumi, l’âme relogée, et aussi

Scénariste, Medoruma restait inconnu en France jusqu’à ce jour.

Les éditions Zulma nous offrent ainsi une occasion unique de le découvrir.

L1240030Okinawa, cliché C.Fromont, 01/2018

 

"La spécificité de Shun Medomura n’est pas d’être sensu stricto Japonais. En effet il est originaire d’Okinawa. Cet archipel a une histoire singulière. Carrefour commercial et culturel entre le Pacifique et la Chine, véritable trait d’union entre Taïwan et l’archipel nippon, le royaume de Ryukyu est tombé sous le joug japonais au cours de son histoire pour être finalement annexé à la fin du XIXième siècle par le Japon, devenant la préfecture d’Okinawa. Parent pauvre du développement économique d’après guerre japonais, par l’intermédiaire entre autre de Shun Medoruma, Okinawa se retrouve, et se rappelle son passé glorieux et commerçant.

L’œuvre de Shun Medomura est fermement liée à ses origines. Parfois fantastique puisant dans le folklore local comme L’âme relogée, Okinawa est sa source d’inspiration principale. Souvenirs d’enfant qui se confronte à la vie, découvre sa sexualité et s’affirme en tant qu’individu. Les soldats Américains ne sont toujours pas très loin car Shun se plait dans cette période charnière des années soixante-dix qui a vu la rétrocession d’Okinawa au Japon après son administration américaine. Les vieux se rappellent la guerre quand il fallait se méfier à la fois des Japonais - on se faisait vite accuser d’espion et occire, et des Américains. Au milieu de ses baleines que sont le Japon et les Etats-Unis évoluent les crevettes, ses adultes et enfants figés dans des pauses millénaires, Shun sait tellement bien nous les décrire qu’une seule amitié entre deux garçons devient matière à nous emporter par la puissance de l’écriture et la beauté de la poésie de la vie, même si parfois elle peut être amère."

Le 17 février 2014, par Arnaud Vojinovic

(article internet)

 

 

Posté par Chantal Fromont à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

CONFERENCE DU 26 JANVIER 2019, 14H30 : "LITTERATURE D'OKINAWA..." N.MOLLARD, BIBLIOTHEQUE NUCERA, NICE

L'Association France Japon - Chaire Kawabata de Nice vous donne rendez-vous le

26 janvier 2019 à 14h30

Bibliothèque Nucera

 

"Littérature d'Okinawa : une créolité japonaise"

Conférence de Nicolas Mollard, Maitre de conférences Faculté des langues, Lyon

...

Notes d'histoire...

 

Souveraineté aux Ryûkyû et à Okinawa en quelques dates (suite et fin)

 

1972                      Sous l’égide d’un Gouvernement civil des Ryûkyû depuis 1950, dont les compétences restent largement bridées par les autorités militaires, la population réclame majoritairement la rétrocession au Japon, car elle croit aux valeurs démocratiques et pacifiques garanties par la Constitution japonaise. Mais si les Etats-Unis et le Japon parviennent à un accord sur la rétrocession, la population sera déçue dans ses espoirs, car les bases militaires resteront en vertu du traité de sécurité nippo-américain. Elles représentent encore aujourd’hui plus de 70% du dispositif militaire américain déployé au Japon.

 

kadena air baseKadena, air base, photo N.Mollard

 

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'ASSOCIATION FRANCE JAPON-CHAIRE KAWABATA VOUS INVITE A LA CONFERENCE DE M.NICOLAS MOLLARD SUR LA LITTERATURE D'OKINAWA

Conference de Nicolas Mollard "Littérature d'Okinawa: une créolité japonaise"

Bibliothèque Nucéra, le 26 janvier 2019, 14h30

 

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

...

 

Notes d'histoire...

Souveraineté aux Ryûkyû et à Okinawa en quelques dates (suite)

 

1952                      Fin de l’occupation américaine dans le Japon central. Les documents d’archives déclassés ont prouvé que la prolongation de l’occupation à Okinawa s’est faite dans l’espoir d’obtenir en contrepartie le maintien de l’institution impériale et un retour rapide à la souveraineté pour le Japon. Dans un contexte de guerre froide, les Américains renforcent leur présence à Okinawa, expropriant les propriétaires terriens. Okinawa servira de base arrière pour les opérations militaires en Corée puis au Vietnam.

ill4 retrocession - okinawa times 1951

« Nous demandons la rétrocession immédiate au Japon, notre mère-patrie »,

campagne de signatures en faveur de la rétrocession, The Okinawa Times,août 1951.

 

A suivre...

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Conférence sur la littérature d'Okinawa, le 26 janvier 2019, 14h30 auditorium de la Bibliothèque Nucera, par N.Mollard

L'Association France Japon Chaire Kawabata vous invite

à suivre une conférence "Littérature d'Okinawa : une créolité japonaise"

par Nicolas Mollard, Maitre de Conférences à la Faculté des Langues de Lyon

...

Notes d'histoire

...

 

Souveraineté aux Ryûkyû et à Okinawa en quelques dates (suite)

 

 

1945                      La bataille d’Okinawa est la seule bataille terrestre sur le sol japonais. Le bilan humain est très lourd : environ 120'000 morts okinawaïens dont la très grande majorité de civils (plus de 90'000), soit un tiers de la population. La tragédie est aggravée par plusieurs facteurs. Le commandement japonais décide délibérément de sacrifier l’île pour retarder la progression américaine. Les soldats okinawaïens sont discriminés au sein de l’armée japonaise. Des civils sont exécutés sommairement pour avoir employé la langue indigène (soupçon de collusion avec l’ennemi). Certains groupes, embrigadés par l’idéologie impériale, se suicident en masse (parfois sous la contrainte) au premier contact avec l’ennemi. L’armée mobilise pour la défense de très jeunes recrues (collégiens et lycéens), garçons (tekketsu kinnôtai) comme filles (infirmières himeyuri). Bref, la bataille d’Okinawa fait ressortir de manière criante la structure de domination/discrimination qui persiste depuis l’annexion de 1879.

 

ill3 naha bombed - NARA 1945

 

Avion d’observation au-dessus de la capitale Naha rasée par les bombes,

National Archives and Records Administration, mai 1945.

 

A SUIVRE...

A Suivre...

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

CONFERENCE DU 26 JANVIER 2019, 14H30 : "LITTERATURE D'OKINAWA..." N.MOLLARD, BIBLIOTHEQUE NUCERA, NICE

L'Association France Japon Chaire Kawabata de Nice vous invite à venir écouter

"Littérature d'Okinawa:une créolité japonaise"

Conférence de Nicolas Mollard, Maitre de conférences, Faculté des langues de Lyon

Auditorium Bibliothèque Nucera, 26 janvier 2019, 14h30

...

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

...

Notes historiques...

...

Souveraineté aux Ryûkyû et à Okinawa en quelques dates (suite)

 

 

1903                      Les réformes des anciens systèmes administratifs, fiscaux et fonciers sont achevées : juridiquement, Okinawa devient un département comme les autres. Mais la principale ressource économique, la culture de canne à sucre, ne profite que peu des investissements et des moyens de modernisation, qui sont reportés sur Taiwan après son annexion en 1895. Le département reste pauvre, la population émigre, le sentiment de discrimination persiste.

 

A suivre...

 

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

CONFERENCE DU 26 JANVIER 2019, 14H30 : "LITTERATURE D'OKINAWA..." N.MOLLARD, BIBLIOTHEQUE NUCERA, NICE

CONFERENCE DU 26 JANVIER 2019, 14H30

BIBLIOTHEQUE NUCERA, NICE

...

"Litterature d'Okinawa : une créolité japonaise" par Nicolas Mollard,

Maitre de conférences à la Faculté des langues de Lyon

...

Notes d'histoire transmises par N. Mollard

Souveraineté aux Ryûkyû et à Okinawa en quelques dates (suite)

 

XV-XVIe s.          Après avoir établi sa capitale à Shuri (aujourd’hui dans la partie haute de Naha) et réunifié l’île (1429), le monarque étend son influence sur tout l’archipel (Amami, Miyako, Yaeyama). Il construit sa richesse sur le commerce triangulaire entre la Chine, la Corée, le Japon au Nord, et les pays du Sud-Est asiatique.

1609                      Après l’unification du Japon par les Tokugawa, le seigneur de la principauté de Satsuma au sud du Kyûshû met au pas la monarchie des Ryûkyû, qui s’intègre dès lors dans le système des fiefs japonais. La monarchie devient une sorte de protectorat japonais, mais toujours inclus dans le système diplomatique et commercial des Ming puis des Qing.

1872-1879           Profitant de la position de faiblesse de la Chine au lendemain des guerres de l’opium, le nouveau gouvernement de Meiji annexe unilatéralement la monarchie des Ryûkyû. Suite à sa départementalisation, il mène des politiques d’assimilation culturelle et linguistique, que certains rapprochent des politiques coloniales menées plus tard à Taiwan puis en Corée.

ill2 shurijo kumamoto chindai bunkentai - nahashi rekishihakubutsukan

Garnison du régiment d’infanterie de Kumamoto dans l’ancien palais royal de Shuri,

Musée d’histoire de la ville de Naha, ère Meiji. (Cliché N. Mollard)

 

A SUIVRE...

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'ASSOCIATION FRANCE JAPON-CHAIRE KAWABATA VOUS INVITE A LA CONFERENCE DE M.NICOLAS MOLLARD SUR LA LITTERATURE D'OKINAWA

L'Association France-Japon - Chaire Kawabata vous invite

 

à la conférence de Nicolas Mollard,

Maître de Conférences, Faculté des langues de Lyon

"Littérature d'Okinawa : une créolité japonaise"

 

samedi 26 janvier 2019, 14h30, Auditorium de la Bibliothèque Nucera Nice

...

Dans un premier temps quelques notes d'histoire sur Okinawa transmises par N. Mollard 

...

Souveraineté aux Ryûkyû et à Okinawa en quelques dates


XI-XIIe s.              Emergence sur l’île principale de l’archipel des Ryûkyû (Okinawa) de chefferies organisées autour de fortifications en pierre (gusuku) de plus en plus imposantes.

XIII-XIVe s.         Autour du château d’Urasoe (Chûzan) apparaît une seigneurie qui va s’imposer sur ses voisins. Dès 1372, le seigneur de Chûzan entre dans le système des tributs (système de relations diplomatiques et commerciales) instauré par la dynastie des Ming, qui lui confère en retour le statut de « roi » dont il tire prestige et autorité. Le monarque des Ryûkyû enverra des ambassades régulières en Chine jusqu’en 1874.

ill1 ryukyukoku - wakan sansai zue 1712

« Carte du pays de Ryûkyû »,

Wakan sansai zue (encyclopédie illustrée sino-japonaise), 1712.

Cliché N.Mollard

A SUIVRE...

 

 

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'ASSOCIATION FRANCE JAPON-CHAIRE KAWABATA VOUS INVITE A MIEUX CONNAITRE LA LITTERATURE D'OKINAWA

 

"Rencontre Japonaise"

mardi 8 janvier 2019, de 14h à 17h

Maison des Associations de Garibaldi, Nice

...

Découvrons Medoruma Shun (né en 1960)

 

L1240216Photo C.Fromont, le bord de mer Naha, 2018, Okinawa

 

Les "Rencontres Japonaises" permettent de se réunir de façon conviviale, entre adhérents, autour d'un sujet concernant le Japon. Cette année, le cycle de conférences 2018-2019 ont privilégié la littérature japonaise. Logiquement, donc, nous nous pencherons sur un auteur d'Okinawa Medoruma Shun (né en 1960)  dont deux romans ont été traduits en français. La conférence de M. Nicolas Mollard le 26 janvier 2019 "Littérature d'Okinawa : une créolité japonaise" apportera analyse et  enrichissement à nos premiers ressentis. 

Les participants, sont invités comme d'habitude à débattre ensemble, et à partager leurs réflexions  personnelles suite à leurs lectures des romans

 

L'âme de Kôtarô (2014),Ed. Zulma

Les pleurs du vent (2016), Ed. Zulma

Dans la mesure du possible, il est vivement conseillé de lire l'un ou les deux romans pour une conversation dynamique plus fructueuse.

 

Après-midi consacrée aux adhérents

(les adhésions peuvent encore être envisagées en ce début d'année)

Posté par Chantal Fromont à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

DECOUVERTE DE LA LITTERATURE D'OKINAWA

DECOUVERTE DE LA LITTERATURE D'OKINAWA

 

Le 8/01/2019 - 14h à 17h :

"Rencontre Japonaise" qui sera consacrée à débattre ensemble d'un roman de Medoruma Shun (Maison des Associations de Garibaldi, Nice)

Il est conseillé de lire un roman avant la séance

gajumaru sogenjigajumaru sogenji (cliché de Nicolas Mollard)

Le 16/01/2019 - 14h30 :

Conférence de Nicolas Mollard (Maître de conférences, Faculté des Lettres de Lyon)

" Littérature d'Okinawa: une créolité japonaise"

(Auditorium de la Bibliothèque Nucera, Nice)

Bibliographie

La conférence de Nicolas Mollard sera en grande partie dédiée à Modoruma Shun (né en 1960),  auteur le plus connu et le plus traduit. C’est avec Matayoshi Eiki  (né en 1947),   un des plus importants écrivains contemporains originaires d’Okinawa.

Medoruma Shun,  L’âme de Kôtarô contemplait la mer, Zulma, Diffusion Seuil

Medoruma Shun, Les pleurs du vent, Zulma, Diffusion Seuil

Matayoshi Eiki, Histoire d’un squelette, Editions Philippe Picquier

 

Lire éventuellement (ce n’est pas un écrivain d’Okinawa, mais ce peut être une introduction littéraire à la bataille d’Okinawa),

Yoshimura Akira, Mourir pour la patrie, Actes Sud

 

En anglais, deux recueils de nouvelles et poésies permettraient de se faire une idée plus complète :

D.Bhomik & S.Rabson,  Islands of Protest. Japanese literature from Okinawa (2016)

M.Molasky & S.Rabson, Southern Exposure. Modern Japanese Literature from Okinawa (2000).

Medoruma Shun, In the Woods of Memory (2017)

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'Association France Japon-Chaire Kawabata vous invite à découvrir la littérature d'Okinawa

A noter dans votre agenda

L'Association France Japon-Chaire Kawabata

vous invite à découvrir la littérature d'Okinawa

...

kadena air baseKadena, base américaine, Okinawa

cliché Nicolas Mollard

 

Deux rendez-vous vous sont proposés

"Rencontre Japonaise", mardi 8 janvier 2019,de 14h à 17h

Maison des Associations de Garibaldi

Découvrons Medoruma Shun

Après-midi consacrée aux adhérents

et

Conférence de Nicolas Mollard, 26 janvier 2019, 14h30

Auditorium de la Bibliothèque Nucera, Nice

"Littérature d'Okinawa : une créolité japonaise"

Entrée libre (dans la mesure des places disponibles)

Posté par Chantal Fromont à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LA CONFERENCE DU 8/12/18 A 14H30 " TERAYAMA SHÛJI, JETONS LES LIVRES, SORTONS DANS LA RUE" PAR KEIKO COURDY

 LA CONFERENCE DU 8/12/18 A 14H30

" TERAYAMA SHÛJI, JETONS LES LIVRES, SORTONS DANS LA RUE"

PAR KEIKO COURDY

L1260238Exposition novembre 2018 MCJ Paris

Reproduction affiche Crime de la grosse Oyama,1967

La conférence a normalement lieu à la Bibliothèque Nucera aujourd'hui, à partir de 14h30. Il semblerait y avoir des perturbations concernant les transports urbains niçois, en conséquence, partez si vous le pouvez, un peu plus tôt et privilégiez, si possible, la marche...

Faites votre possible pour honorer la conférence de Keiko Courdy qui promet d'être très intéressante...

EXTRAITS DU « MANIFESTO »

« Notre but dans le théâtre n’est pas de réunir des preuves fraiches que le théâtre est littérature. 

A la place, nous avons besoin de la forme appelée théâtre pour créer de nouveaux types de rencontres complètement différentes de la littérature, afin de remplir le fossé entre les principes de la réalité quotidienne et ceux de la réalité fictionnelle. 

Premièrement et avant tout, le théâtre doit être sevré de la littérature. Pour faire cela, nous devons purger le théâtre de la pièce. 

Je ne veux pas dire que l’on devrait abandonner le plaisir de lire des pièces. Mais il me semble que l’on devrait dire adieu au théâtre infirme de notre temps qui a confondu le texte théâtral, une forme indépendante de littérature, avec le théâtre, et est ainsi devenu l’esclave de l’écriture, tandis que la parole de l’acteur est guidée par un mot imprimé. 

Je préfère regarder le texte non comme quelque chose qui doit être lu mot à mot mais comme une carte. »

A cette après midi...

Posté par Chantal Fromont à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Aujourd'hui, samedi 8 décembre 2018 à 14h30, Bibliothèque Nucera, venez assister à une conférence sur Terayama Shûji

Aujourd'hui,

samedi 8 décembre 2018 à 14h30, Bibliothèque Nucera,Nice

venez assister à une conférence sur Terayama Shûji

...

L1260252Exposition Maison de la Culture du Japon, Paris, novembre 2018

La Marie Vison (Frankfurt), texte de Terayama Shûji. Mise-en-scène Hagiwara Sakumi, Tenjô Sajiki 1969

Création graphique Uno Aquinax, 103,6 x 75,5 cm, sérigraphie

 

C'est Keiko Courdy, spécialiste de cet auteur prolifique qui viendra nous en parler. Voici ce qu'elle en disait dans son Mémoire de Maitrise*

 

"Parti de la poésie classique, il a fait de la poésie moderne et des essais de différentes sortes (sur la littérature, le cinéma, le théâtre…), des journaux de voyage, un roman, plusieurs volumes de pièces de théâtre ; passionné par les courses de chevaux, il a été chroniqueur hippique et a ensuite publié des essais sportifs sur les chevaux, la boxe et autres ; il a aussi fait des programmes radiophoniques qui lui ont valu des prix, il s’est intéressé à la photographies, réalisant des expositions, a écrit des scenarios puis a réalisé des films, et enfin par-dessus tout cela, il a fondé une troupe de théâtre et monté des spectacles qui remettaient en cause les questions fondamentales du matériau théâtral.(…) Lorsqu’on se retourne sur son travail, les deux qualificatifs qui apparaissent le mieux désigner l’homme sont d’un côté celui de poète révolutionnaire qui aime jouer avec les images et les mots et de l’autre celui d’intellectuel ou brasseur d’idée qui cherche à faire avancer la réflexion."

 

* "Terayama Shuji, Soleil Noir du Théâtre Contemporain Japonais, une figure représentative de la scène avant-garde japonaise"Mémoire de Maitrise 1991 (Mention TB), sous la direction de Georges Banu, Institut d'Études Théâtrales (IET), Université de Paris III, la Sorbonne Nouvelle. Disponible en consultation à la bibliothèque Gaston Baty.

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Conférence par Keiko Courdy « Jetons les livres, sortons dans la rue » le 8/12/2018 à 14h30 Bibliothèque Nucera Nice

Conférence par Keiko Courdy

spécialiste de Terayama Shûji

« Jetons les livres, sortons dans la rue »

le 8/12/2018 à 14h30 Bibliothèque Nucera Nice

...

 

 

Keïko Courdy est une réalisatrice et artiste multimédia française. Elle écrit, réalise, et produit des films, et installations numériques entre la France et le Japon.

Elle est co-fondatrice de Pika Pika Films avec Jérôme Sullerot.

Française, elle a passé plusieurs années de sa vie au Japon dont elle parle couramment la langue.


Docteur en « Arts et Sciences » de l'Université de Tokyo, après des études de cinéma et de théâtre à l'Université de Paris III,  spécialiste de l’avant-garde théâtrale et cinématographique japonaise des années 1960. Elle a enseigné les performances interactives pendant 3 ans à l'Université d'Art et de Design de Kyoto et dirigé les compagnies Onomatopia à Tokyo et KI structure de création transdisciplinaire à Paris.

Elle est actuellement en phase de post-production d’un nouveau documentaire long-métrage « Fukushima, L’île Invisible » qui sortira en 2019.
Depuis son premier film long-métrage sur la catastrophe de Fukushima « AU-DELA DU NUAGE», Keiko filme la zone autour de la centrale. Le film, acheté notamment par l'Institut Français, a été sélectionné dans de nombreux festivals internationaux (31ème Festival du Film d'environnement de Paris FIFE, Itinérances 32ème Festival cinéma d'Alès, 26èmes Rencontres Cinématographiques de Cannes, Global Visions Festival d'Edmonton, Canada, Fukushima film festival, Festival du film indépendant de New York, Uranium film Festival de Rio, Brésil...) et diffusé largement dans le monde (Washington, Argentine, Chili, Bulgarie, Guinée, Burkina Faso...). La Maison de la Culture du Japon à Paris est son partenaire officiel.
Suite à ce succès, NHK World a réalisé deux programmes documentaires en suivant Keiko dans les zones sinistrées.
Depuis plus de 20 ans, Keiko collabore régulièrement en free lance avec les chaines de télévision japonaises NHK et FUJI, et met en scène des événements pour des grandes marques avec les sociétés de communication japonaises HAKUHODO et Asatsu DK.

Posté par Chantal Fromont à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

POUR MIEUX CONNAITRE TERAYAMA SHÛJI : VENEZ BIBLIOTHEQUE NUCERA A NICE A LA CONFERENCE DU 8/12/18 14h30

Pour mieux connaitre TERAYAMA SHÛJI

Venez écouter la conférence de Keiko Courdy spécialiste

de cet important auteur littéraire japonais 

BIBLIOTHEQUE NUCERA A NICE  8/12/18 à 14h30

...

Nous avons, à disposition traduit en français, que le roman Devant mes yeux le désert. Nous avons eu la possibilité lors de la Rencontre Japonaise du 12 novembre 2018 de discuter entre adhérents de l'Association France-Japon Chaire Kawabata de ce livre où se retrouvent les très nombreuses thématiques reprises dans l'ensemble de son "grand' Oeuvre" sous diverses formes (films, théâtre, essais...).

Il n'aura pas échappé aux lecteurs que chaque tête de chapitre du roman s'ouvre par un tanka (5, 7, 5, 7, 7 syllabes) qui nous donne l'ambiance.

Et nous ne pouvons que regretter que les recueils poétiques de haïku (5, 7, 5 syllabes)   et tanka de l'auteur soient restés sans traduction française (ce qui, faut l'avouer est une entreprise difficile)...

Les chercheurs sur l'auteur ont souligné que très jeune, dés le lycée, Terrayama a écrit et publié des haïku et des tanka qu'il publiait dans diverses revues.  En 1954, il se voit attribuer le prix « Poésie nouvelle » du magazine Tanka Kenkyu et en 1996 un prix a été institué pour récompenser les auteurs de tanka.

Voici quelques tanka tirés du roman:

 

Le temps de frotter

Une allumette, et la mer

Se voile de brume...

Non nulle patrie ne vaut

Qu'on se sacrifie pour elle. (p.7)*

 

Le pénitencier

Où tu loges et l'immeuble

Où je loue ma chambre

Communiquent sous la terre

Par leurs vieux tuyaux de gaz. (p.73)*

 

Toxicomanie,

Bigamie, vagabondage,

Port d'arme illicite,

Fréquentation des tripots,

Voilà pour moi tout le blues.(p.107)*

 

Ils ont fait du bruit

Pour descendre au fond du trou

Ton pesant cercueil,

Mais ce bruit n'a pas suffi:

tu n'as pas ouvert un oeil... (p.233)*

 

 

220px-Shuji_Terayamas_graveTombe de Terayama Shûji, cliché transmis par Keiko Courdy

 

 

*pagination de l'Edition Inculte

 

 

 

 

 

Posté par Chantal Fromont à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

POUR MIEUX CONNAITRE TERAYAMA SHÛJI : VENEZ BIBLIOTHEQUE NUCERA A NICE A LA CONFERENCE DU 8/12/18 14h30

POUR MIEUX CONNAITRE TERAYAMA SHÛJI : 

VENEZ BIBLIOTHEQUE NUCERA A NICE  A LA CONFERENCE

DE KEIKO COURDY

Samedi 8 décembre 2018 à 14h30

---

OEUVRES DE TERAYAMA SHÛJI  (suite et fin)

 

  Théâtre

Liste partielle

L1260254Le Dieu chien (représentation à Francfort) 1969Texte et mise en scène Terayama.

Création graphique Awazu Kiyoshi, 101,5 x 72,7 cm, sérigraphie

(Reproduction d'affiches de spectacle du laboratoire théâtral TenjôSajiki 1967-1983)

Exposition de la Maison de la Culture du Japon, Paris, novembre 2018

  • 1967 : Marie Vison (毛皮のマリー, Kegawa no Marie?)
  • 1968 : Jetons les livres, sortons dans la rue (書を捨てよ町へ出よう, Sho o suteyo machi e deyō?)
  • 1969 : Le crime du docteur Gali-gari (ガリガリ博士の犯罪, Gali-gari hakaze no hanzai?)
  • 1970 : The man-powered plane (人力飛行機ソロモン, Jinriki hikoki solomon?)
  • 1971 : Jashūmon (邪宗門?)
  • 1972 : Cours, Melos (走れメロス, Hashire Melos?)
  • 1972 : La guerre de l'opimum (阿片戦争, Ahen sensō?)
  • 1973 : Note pour un aveugle (盲人書簡, Mojin shokan?)
  • 1975 : Knock
  • 1975 : Journal de l'année de la peste (疫病流行記, Ekibyō ryūkō-ki?)
  • 1976 : La nef des fous (阿呆船, Aho-bune?)
  • 1977 : Le Mandarin miraculeux (中国人の不思議な役人, Chūgoku-jin no fushigina yakunin?)
  • 1978 : Directives aux domestiques (奴婢訓, Nuhikun?)
  • 1979 : Blue-beard's castle (青ひげ公の城, Aohige-ko no shiro?)
  • 1979 : Lemmings - Take me to the end of the world (レミング 世界の涯までつれてって, Lemmings - Sekai no hate made tsurettette?)

 

 

 Présentation d'œuvres de Shūji Terayama et documents multimédias sur UbuWeb

Posté par Chantal Fromont à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :